Île de France

Après l’arrêt du match PSG-Basaksehir, Lilian Thuram : « Ça m’a rempli d’espoir »

Plus de 72 heures après l’incident survenu lors de la rencontre en Ligue des Champions opposant PSG au club turc de Basaksehir Istanbul, les réactions abondent. Connu pour son engagement dans la lutte le racisme, Lilian Thuram n’est pas resté de marbre. L’ancien international français a réagi vigoureusement après des accusations de propos racistes d’un arbitre envers l’entraîneur adjoint du club turc, Pierre Achille Webo. Le champion du monde 1998 se dit fier de l’attitude des 22 acteurs d’arrêter la partie : « Ça m’a rempli d’espoir. Cela faisait longtemps que je me disais qu’il faudrait que cela se passe comme ça et que les joueurs prennent la décision d’arrêter le match, puisque les institutions n’arrivaient pas à se positionner clairement et fortement sur ces sujets. Ce mardi, on a bien vu que celui qui représentait l’institution, à savoir l’arbitre, était responsable de cette agression raciste et a tout fait pour que le match reprenne », s’est-il réjoui.

Très engagé dans la lutte contre le racisme, Lilian Thuram a apprécié la solidarité des joueurs du PSG et de l'Istanbul Basaksehir pour combattre ce fléau. (E. Garnier/L'Équipe)

Poursuivant, l’ancien de Parme, Juventus ou encore Barcelone âgé de 48 ans, n’a pas manqué de saluer la bravoure et l’opiniâtreté de Demba Ba. D’ailleurs, c’est l’international sénégalais qui a sonné la révolte après l’incident. « A ses yeux, un joueur a incarné le fantastique exemple de ce qu’il faut faire. Il en faut toujours un pour dire  »non » et que tout s’enchaîne, Demba Ba a été celui-là. Je le remercie à un point qu’on n’imagine pas, parce qu’il a fait un cadeau énorme à tous les enfants et les adultes dans le monde qui attendaient un tel moment. Et depuis tellement longtemps. Son geste a une portée historique extraordinaire ». Pour lui, cette date fera tâche d’huile et servira d’exemple aux autres joueurs. « Des joueurs savent désormais que d’autres joueurs l’ont fait. Ça veut dire qu’ils peuvent le refaire. Et l’institution sait aussi que les joueurs sont en capacité de le faire. Normalement, il y aura un avant et un après », a ajouté Lilian Thuram. Désormais en première ligne dans le combat contre ce fléau avec sa Fondation qui porte son nom, avec pour crédo « Education contre le Racisme », l’ancien défenseur espère que la solidarité observée au Parc des princes en parlera d’autres.

INI SPORT AWARDS
Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page